Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 10:46

 

 © DR - Feu

 

France Biomasse Energie, agissant en tant que commission biomasse du Syndicat des énergies renouvelables (SER), répond à l'union des industries de panneaux de process, inquiète de la concurrence avec la filière bois-énergie en matière d'approvisionnement.

La filière bois-énergie fait actuellement l'objet d'attaques de la part de l'industrie de fabrication des panneaux de process (panneaux de particules et de fibres). Il est en effet reproché aux acteurs de la filière bois énergie de mettre à mal l'activité économique des fabricants de panneaux en captant la ressource en bois au détriment de ces derniers. Un tel reproche est inexact, comme l'attestent les éléments d'informations suivants.

Bois-énergie : des volumes de bois globalement stables depuis une vingtaine d'années

La consommation de bois pour produire de l'énergie est restée stable en France sur les deux dernières décennies, qu'il s'agisse du bois destiné aux chaufferies industrielles ou collectives, ou du bois utilisé pour le chauffage domestique. Deux catégories de bois sont concernées : le bois rond (grume, bille, rondin ou bûche) et les plaquettes forestières.

Bois rond : le volume commercialisé à des fins énergétiques a peu varié depuis 1990
Les exploitations forestières ont commercialisé annuellement entre 2,5 et 3 millions de m3 de bois rond destiné à produire de l'énergie sur les deux dernières décennies, essentiellement sous forme de bois bûche. Le secteur d'activité du bois industrie n'a donc pas eu à pâtir au cours de cette période d'une pression particulière sur ses volumes traditionnels d'approvisionnement.

A titre d'illustration, les volumes de réception des seuls rondins pour l'industrie de la trituration, qui étaient de 8,7 Mm3 en 1999, se sont élevés à 9,6 Mm3 en 2006, soit une augmentation limitée à 1,5% par an.

Plaquettes forestières : une production encore faible
Les professionnels évaluent à 300 000 tonnes/an la production de plaquettes forestières commercialisées actuellement en France pour l'énergie, soit un volume particulièrement faible à l'échelle globale du marché français du bois. Si le volume de production de plaquettes est appelé à croître de manière importante dans les prochaines années, cette hausse se fera essentiellement à partir des « menus bois », c'est-à-dire de petits bois (branches, houppiers...) valorisables en énergie. Le développement des chaufferies bois ne viendra donc pas capter une ressource destinée jusqu'ici à l'industrie du panneau.

Bois bûche : une consommation énergétique de plus en plus performante
La consommation de bois pour le chauffage domestique est une activité qui échappe pour partie aux statistiques. La commercialisation du bois bûche emprunte en effet souvent des circuits de proximité qui ne font pas l'objet d'une facturation ou d'une saisie fiscale. Ainsi, on considère que la moitié du bois de feu est autoconsommée par des familles rurales et 40 % font l'objet de transactions de proximité (économie grise). Seulement 10% du bois bûche consommé en France seraient commercialisés par des professionnels déclarés pour cette activité. Au global, l'auto-consommation est estimée à 33 Mm3, dont 24 Mm3 récoltés dans les forêts de production, hors haies et bosquets (cf. Observatoire de l'énergie 2006).

Cette consommation de bois bûche est appelée à rester stable. En effet, le Grenelle de l'environnement a fixé l'objectif de faire passer de 6 à 9 millions le nombre de foyers équipés en appareils de chauffage au bois d'ici 2020, ceci à consommation de bois constante, grâce à l'amélioration des performances énergétique des appareils de chauffage au bois. Actuellement, 80% des appareils domestiques de chauffage au bois vendus en France sont labellisés "Flamme Verte", label de qualité du chauffage au bois qui exige un rendement énergétique minimum de 70%. Il y a 10 ans, la moyenne des rendements des appareils mis sur le marché était de 50%. Or, le passage d'un rendement de 50 à 70% fait économiser 30% de combustible. Le développement du chauffage au bois domestique ne prélèvera donc pas davantage de bois.

Un gisement forestier à fort potentiel

La France est un grand pays forestier : 28% du territoire métropolitain est couvert par la forêt, soit plus de 16 millions d'hectares. Cette surface a été multipliée par deux en 150 ans et l'exploitation des forêts françaises est partielle au regard de sa croissance biologique et de ses disponibilités de récolte. Selon une étude publiée par l'ADEME en février 2010, les volumes de bois disponibles pour l'industrie et l'énergie sont évalués à 46,1 Mm3 dans les conditions économiques, techniques et environnementales actuelles.
En outre, s'ajoute à cet important volume exploitable (46,1 Mm3), l'ensemble des menus bois valorisables uniquement en énergie (bois de diamètre inférieur à 7 cm). Le volume supplémentaire de menus bois pour l'énergie est évalué à près de 7 millions de m3 par an, dans les conditions techniques et économiques actuelles (cf. ADEME).

Bois-énergie : une filière encadrée par les pouvoirs publics

Le Grenelle de l'environnement a défini des objectifs de développement du bois-énergie à l'horizon 2020. Ce développement est strictement encadré et contrôlé par les pouvoirs publics, en particulier au niveau de la ressource bois.

Production d'électricité : quatre appels d'offre ont été lancés depuis 2004 pour développer la production d'électricité à partir de bois/biomasse. Les cahiers des charges des appels d'offre exigent ainsi un plan d'approvisionnement validé depuis 2007 par les préfectures de région. L'avis motivé du Préfet sur la pertinence du plan d'approvisionnement est impérativement joint au dossier de candidature à l'appel d'offres. A défaut, la candidature est rejetée. Les pouvoirs publics ont ainsi une vision claire et précise de la mobilisation en bois générée par les projets énergétiques.

Production de chaleur : parent pauvre des énergies renouvelables pendant des décennies, la production de chaleur bénéficie depuis 2009 d'un outil de développement puissant : le Fonds Chaleur. Ce fonds, géré par l'ADEME, co-finance essentiellement des projets de chaufferies bois/biomasse. Là encore, les exigences requises pour concourir aux appels à projets sont fortes : les dossiers présentant des risques importants de conflits d'usages de la ressource sont écartés.

Une industrie du panneau en pleine restructuration

Les enjeux économiques des filières industrielles des panneaux de bois sont essentiellement des enjeux de restructuration et de modernisation de leurs outils de production, et non des enjeux liés au développement souhaité et attendu de la filière bois énergie. Les quelques exemples cités ci-dessous et relatifs à ces derniers mois le démontrent en tant que de besoin :

Octobre 2010 : Le fabricant de panneaux en contreplaqué Plysorol, en liquidation judiciaire, est repris par le groupe libanais Ghassan Bitar. L'offre comporte la reprise des 3 sites de Lisieux (Calvados), Epernay (Marne) et Fontenay-le-Comte (Vendée), mais prévoit 151 suppressions de poste sur 432 en France, en majorité au siège social de Lisieux.
Septembre 2010 : Le fabricant de panneaux agglomérés en bois et lin Linex Panneaux investit 40 millions d'euros sur son site d'Allouville-Bellefosse (Seine-Maritime). Le projet vise à remplacer la ligne de production en discontinu par une ligne en continu et automatisée. Elle permettra de fabriquer des panneaux de petites épaisseurs, en plus de ceux de grosses épaisseurs fabriqués actuellement, et d'augmenter la production de 25%.
Mai 2010 : Le fabricant de panneaux Egger Panneaux & Décors va investir 15 millions d'euros pour moderniser son usine de Rion-des-Landes (Landes). Il va notamment améliorer le traitement des copeaux de bois servant à la fabrication, ainsi que la logistique grâce au raccordement du site à la voie ferrée.
Mai 2010 : Swedspan (groupe Ingka) ouvre une filiale en France en rachetant à Sonae l'usine Isoroy de Lure (Haute-Saône) qui emploie 145 salariés. Swedspan fabrique des panneaux en particules pour les meubles vendus par l'enseigne Ikea, détenue aussi par Ingka.
Avril 2010 : Le papetier canadien Tembec décide de vendre ses usines de papier kraft de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) et de Tarascon (Bouches-du-Rhône), ainsi que sa filiale Sebso d'approvisionnement en bois, à la holding Paper Excellence.

 

| Source LE MONITEUR.FR

Partager cet article

Repost 0
Published by COFOR21
commenter cet article

commentaires

GRINDESEL 16/04/2014 10:55

Très bonne analyse faite en 2010. Faites vous le même constat en Avril 2014 avec les plaquettes forestière? De même que pour le bois bûches les consommer vertes après exploitations en flux tendu
dans de mégas chaufferies ne procède-t-il pas du même constat de gabegie de la ressource au détriment des usages en chaudières individuelles conçues pour consommer des plaquettes 'ressuyées' et non
vertes donc respectueuse de nos ressources en BOIS ENERGIE(S)?
GRINDESEL le 16 04 2014

Présentation

  • : Le blog des Communes Forestières de Côte d'Or "COFOR21"
  • Le blog des Communes Forestières de Côte d'Or "COFOR21"
  • : Blog consacré à l'association des Communes Forestières de la Cote d'Or COFOR21
  • Contact

Recherche